CHANSONS ET MUSIQUES D'ORIGINES DIVERSES

 Au camp, les hommes se lèvent à l'aube, au milieu de leurs vaches, et s'assoient pour les regarder avec satisfaction jusqu'à la fin de la traite. Puis ils les conduisent à la pâture, passent la journée à les regarder brouter, à les mener boire, à les mettre en chansons, et rentrent au camp ; ou bien ils restent dans le kraal pour boire leur lait, fabriquer pour elles des longes ou des ornements, abreuver et soigner leurs veaux, nettoyer leur kraal, sécher leur bouse pour le feu.

 

 

 

Les Nuer se lavent la figure et les mains avec l'urine des vaches, surtout quand elles urinent pendant la traite ; ils boivent leur lait et leur sang ; ils dorment dans leurs peaux, près du feu qui couve sous la cendre de leurs bouses. Ils se couvrent le corps, s'apprêtent les cheveux, se nettoient les dents de ces cendres ; ils mangent avec des cuillers faites de leurs cornes.

 

 

 

Le soir venu, ils attachent les bêtes avec des longes faites des peaux de leurs compagnes mortes. Puis ils s'assoient à l'abri des pare-vent pour les contempler et pour observer la traite.

 

 

 

 

 

Edward E. Evans-Pritchard, les Nuer (trad. Louis Évrard)